09 octobre, 2009

Les frontières

Passer la frontière du Guatemala (Mex-Gua)a été rapide est simple. Passer la frontière du Mexique (USA-Mex)a été assez rapide et relativement simple. Passer la frontière du El Salvador (Gua-Sal) a été relativement rapide et un peu moins simple. Passer la frontière du Honduras (Sal-Hon) a été pas du tout rapide et absolument loin d'être simple. Une chance que je connais un peu d'espagnol, car là, j'aurais frappé un mur.

La route du Salvador est belle et c'est relativement propre. Je ne reste que peu de temps ici car c'est cher.
À peu près de 2 kilomètres de la frontière hondurienne, En me voyant arriver, environ 5 gars se mettent à me crier après à me siffler et à courir après moi, j'ai vraiment l'impression que c'est une meute de chiens qui veulent mordre mes pneus...
HUm... Je trouve ça bizarre, je me demande si je dois arrêter , car il y aurait quelque chose à payer ou bien c'est l'endroit ou exporter ma moto du salvador... UN peu comme à la frontière précédente où il me manquait une estampe d'un gars qui se trouvait en plein milieu du pont. Il m'a vu passer, mais ne m'a rien dit.Il va revenir il s'est dit...
eh bien oui.. car sans sa signature, la douanne ne peut affirmer que je suis bel et bien devant eux...
Je retourne à pieds chercher la signature...

Donc j'arrive à la frontière.. il y a une file de camion.. je passe à côté, puis un gars me fait signe d'arrêter... hum... j'aimerais continuer, mais je suis à la frontière... je ralentie... puis c'est pas un gars qui est à coté de moi.. c'est une quinzaine de gars qui m'entourent et qui veulent me vendre leur service de passeur. On parle tous plus fort l'un que l'autre... on touche la moto.. y'en a même un qui me touche.. Les fils se sont touchés... $*&? No me tocar!!!! J'avance à moto.. les gars s'écartent... j'arrive à la douane salvadorienne... fait les papiers nécessaires pour exporter la moto... Entourés de gens qui regarde la moto regarde ou sont les papiers.. regarde tout... J'aime pas le sentiment qui se développe en moi, vraiment pas...

Puis... après 100 mètres.. un autre bâtiment pour la Migration... Tout est gratuit au Salvador, mais c'est un peu compliqué...

Puis... la douane Hondurienne.. &*%?%* Premièrement, il n'y a rien d'indiqué. C'est un bâtiment en plein centre de la route, avec pleins de gens et aucune affiche...
Il faut entrer dans le bâtiment. et je rencontre un gars qui me demande des photocopies de l'immatriculation, de mon permis de conduire , de mon passeport, des papiers d'importation d'exportation de la moto du Salvador et du Guatemala. et le tout en deux exemplaires. Bon on y va, c'est un bâtiment un peu plus loin sur le bord de la route, en même temps, la moto est entourés de gens. 1 lempira de la photocopie... Je retourne voir le gars. Il mets des tampons partout et me demande de faire des copies des copies estampiés... bon... Je reviens maintenant il faut que j'aille payer dans un autre bâtiment plus loin environ 15$ pour avoir d'autres papiers qui vont me permettre de payer à la banque le permis d'importation de la moto. J'attends un bon 20 minutes... je reviens.. il faut faire d'autres photocopies... je retourne voir le gars... il estampilles les photocopies... il me faut d,autres photocopies de mon passeport maintenant estampillé... puis je retourne voir le gars... maintenant je peux aller à la banque... je paye autour de 30$ pour le permis.. je retourne voir le gars.. il me dis que tout est o.k.. mais qu'il me faut des photocopies de deux papiers pour la douane qui est un peu plus loin... encore deux photocopies...
Environ 1h 30 de va et viens ... Enfin terminé

Le Honduras est un beau pays, c'est difficile d'imaginer qu'il y a eu un coup d'état ici...
Je dors maintenant dans la ville de Tegucicalpa . Qui n'a rien de beau et pour la première fois depuis le début de voyage, je ne me sens pas trop en sécurité ici.. La pollution est palpable... J'ai mal à la gorge à respirer cette boue que l'on appelle l'air...

Définitivement... J'aime pas les grandes villes, En plus c'est tellement mélangeant ici et le temps passe vite, je demande à un Taxi de m'amener à l'hôtel... Ce qu'il fait mais pour $5. Ça lui a pris moins de 5 minutes pour me conduire ici... Définitivement, je suis le touriste et c'est sa chance de faire de l'argent. Avec ce coup d'état, la récession, Le H1n1. Le touriste se fait rare et on a faim. Je comprends la situation, mais c'est pour le moins désagréable que n'être qu'un guichet automatiques pour ces gens.
On me dit beaucoup de bien du nord de Honduras. J'hésite entre visiter Le Honduras maintenant, ou arriver au Nicaragua tout de suite... Et au retour visiter le Honduras qui aura passé ses élections...

1 commentaire:

Stéphane Thibault a dit...

Question de visualiser un peu le chemin parcouru, je suis retourné jeter un coup d'oeil à ta carte Spot. Ça semble assez bien marcher finalement : )

Bon, ce n'est pas ça qui va régler le problème des fonctionnaires, mais on ne peut pas tout avoir ; )