24 mars, 2018

Les Mammouths 2018

Ça fait longtemps que je n'ai pas pris le temps de mettre à jour mon Blogue en y ajoutant un article. Ce n'est pas que je n'ai pas fait de rides mémorables, en fait, ma mémoire est bel et bien à jour avec des images incroyables. Je crois que l'on peut mettre ça sur le dos de la procrastination dont je suis affligée.

 Le 17 et 18 mars passé a eu lieu une ride des plus incroyable: Les Mammouths. Cette rencontre donne lieu à une ride de moto qui part de chez soi pour se terminer à Ste-Véronique au nord du Québec. Dans mon cas, c'est presque 5 heures de route par des températures glaciales. À mon réveil Samedi matin, il faisait -17° celcius. Bien que bien préparé, j'eu un pied droit bien froid. Congelé devrais-je dire. Premier objectif de la journée, se rendre au Tim de Chambly pour y rencontrer Thierry Muraton, Laurence Labat ainsi que Steve Filion. Eux arrivent en side-cars. Eux aussi sont frigorifiés. En fait Steve l'est un peu moins, car il roule sur une Ural, donc beaucoup moins vite que Thierry et Laurence.
 Le temps d'un café, nous remontons sur nos montures avec l'encouragement de Simon Poudrette, venus se rendre compte de notre état de cinglés de visu. Steve nous guide sur l'autoroute 10, 30, puis la 132 ensuite 13, 640 et enfin la 15. Ce détour est une recommandation des constructeurs de l'échangeur Turcot, en grande mutation. Sur la 640, un gros nuage se fait plus léger en libérant sur la route une douce neige qui se transforme avec le temps en une neige plus vigoureuse et qui tranquillement s'accumule sur la chaussée. À chaque étape de ce revirement de situation, je me dis, jusqu'ici, tout va bien! L'important c'est pas la chute, c'est l'atterrissage! Heureusement, tout c'est bien déroulé, j'ai su rester sur mes deux pneus, car mes coéquipiers de l'épopée eux, ne sont nullement troublés par cette neige pour preuve qu'ils ne ralentissent pas d'un iota de km/h.

 Mains frigorifiées, Steve s'arrête au premier Tim sur le chemin pour nous témoigner qu'il vient de comprendre l'utilité des poignées chauffantes et que l'absence de celles-ci lui rends la tâche de conduire un peu plus... rudoyante pour ses articulations. Reprendre la route est toujours une joie, car on nous attends à la porte du nord. Phil le Mammouth, Gitan, Isaeve et Crunch sont les patronymes de ceux qui nous accueil au Tim de la Porte du nord... histoire de se raconter nos péripéties du matin et question de remettre de la caféine dans nos veines, cet arrêt nous réchauffe. Il faut vite reprendre la route, car nous aurons un comité d'accueil des Mammouths qui sont déjà sur place depuis le vendredi soir. Ils sont impatiens ces mammouths, ils veulent nous rencontrer pour faire la dernière heure de routes avec nous.
 Max en tête, nous sommes accueillis , puis réchauffé et caféinés. Dernier segment de route devant nous, excité par la perspective d'arriver au repaire des Mammouths, la Yourte chaude. Les centaines de mètres ultimes sont glacés et mettent ma perceptions de la sécurité que me procure mon adhérence au sol à l'épreuve... Non , tout vas bien! Enfin arrivé. L'accueil est chaleureux. Un an sans se voir. Pour se retrouver maintenant, en communion cinglée. Communion de cinglés?
 La fête commence... qui se terminera au petites heures du matin, au petit jour pour certains. Il est temps de partir... les -30° ont rafraîchis nos monture qui ne sont que glacés en ce moment... Ma Querida, oui oui, toujours cette Querida qui est toujours fidèle a su rester coite au démarreur. Je la réchauffe donc sur le bord du feu de joie, 45 minutes plus tard, son moteur reprend vie. Il est temps pour moi de revenir à la maison avec pleins d'odeurs, de souvenirs, d'images et de sentiment heureux.
 Les Mammouths, je vais vous revoir... Je suis bien content de faire partie de vous!
Encore une fois, la troupe se mérite, le froid permet d'exprimer cette cinglitude...

à -17° le départ

Laurence... oui oui, c'est Laurence!

Thierry


Une partie de la gang et moi en fluo!

Un aperçu de la soirée!

à -30° le départ du Dimanche matin a pris du temps...

26 septembre, 2016

La Ride du Bunker

Michel, celui de Pulsion, veut tellement que j'aille voir ce bout là, tsé, dans l'bout... voir le mont Radar et des maudit beau chemin. Alors, ce samedi est LE samedi pour faire cette ride. Départ, ce matin à 6h 47, 5°C à Granby, pas chaud...
J'arrive à Wickham, le thermomètre tombe à 4°C, puis rapidement il tombe à 3°C et quelques secondes plus tard... 2°C avec le petit flocon qui scintille sur mon tableau de bord... Ça fait longtemps que je l'avais vu celui là. Je suis le premier à arriver au Tim. Je vois arriver un gars, Denis, que j'ai déjà vu à quelque part, avec une Moto Guzzi Stelvio. Il arrive à son lieu de rendez-vous pour une ride au Vermont, mais une semaine trop tôt. Alors je l'invite à venir avec nous. Michel arrive, puis Palica. Arrive une autre Gars, René, qui se joint lui aussi à nous. Pour une sacré de belle ride. Michel me l'avait dit qu'il y avait de beau chemin de par son bout... et il a raison.
Premier arrêt... C'est ti pas bo??? Vous avez remarqué Palica qui fait le guignol??? Si vous ne connaissez pas Palica...
c'est lui... je sais, il est difforme, mais ne lui dites pas...
On pouvait pas faire mieux... Une belle gang!
un peu rocailleux pour se rendre là, mais c'est Beau beau beau!!! On continue notre chemin sur des routes superbe, pour arriver à des chutes superbes, elles aussi!
Content je vous dis...
peut-être un peu trop content! Bref, on continue jusqu'au sommet du mont Radar. Le sommet a abrité l'armée américaine entre 1954 et 1964. C'est le traité du NORAD qui permettait aux états-uniens d'installer une base radar. Ce Bunker a environ 3 ou 4 étages de haut et environ 20 étages sous terre. Il est impossible de visiter le Bunker sous terre, car les États-Uniens, lorsqu'ils ont quitté, ont remplis le bunker d'eau et ont même fait sauter des sections et des passages.
La ride prends une bonne journée, car j'ai quitté Granby à 6h 47 et je suis revenu à 6h47. Faut le faire... c'est environ 400 km de Drummondville à Drummondville...

Ride du Bunker

20 août, 2012

Cabot Trail

Un petite voyage de 6 jours avec des amis; Francis Labranche et Simon Richard. Quelques imprévus ont changé le voyage pour que ça devient une belle aventure. La rencontre des propriétaires de BMW du Nouveau Brunswick a été annulé, mais nous l'avons appris en arrivant sur le site. Puis Janelle, une amie de Michel, s'est jointe à nous, pour nous guider sur cette jolie route, la Cabot Trail. Et il ne faut absolument pas oublier Meat Cove, et son terrain de camping sur le bord de l'eau. Le retour fût fait en passant par la baie de Fundy. et un petit prolongement par le Maine puis la monté du mont Washington.

02 juillet, 2012

13 juin, 2012

LONG WAY UP: Cape to Kapp: Wine, Vistas and Capes

LONG WAY UP: Cape to Kapp: Wine, Vistas and Capes: We are truly enjoying South Africa –firstly the landscape and stunning vistas from farmlands and vineyards to semi-deserts and rugged moun...