01 février, 2010

Rencontres













L'inconvénient lorsque tu prends du retard à écrire un blogue, c'est que tu dfois te souvenir de tout ce que tu as vécu et dans ce type de voyage, les émotions sont vite remplacées par de nouvelles et toutes aussi intense les unes que les autres. Alors, revenir en arrière est vite difficile...

Définitivement, j'aime l'Argentine, Les gens sont acceuillant et chaleureux et ont un véritable intérêt à rencontrer un étranger et en savoir plus sur lui.

Il fallait absolument faire la routa 40. EH ben... c'est fait... J'en ai fait la moitié et j'en ai eu assez. est en fait en majeure partie une route de terre et de gravelle assez profonde avec du vent et du vent et du vent et du vent et du vent et du vent et ... j'oubliais... du vent en #@%$@?#!!!!!!!

C,est pas trop évident de rouler sur cette route, car il y a une petite voie en pleins centre de la route sur laquelle tu peux rouler, mais le vent s'acharne à t'envoyer dans le gros tas de gravelle lousse qui est juste à côté et tu dois rouler penché vers le vent, pour l'affronter continuellement. et lorsque le vent se fait plus subtil, tu dois vite reprendre ta position horizontale pour vite reprendre la position pensée lorsque le vent revient avec force. Et les tournant liasse toujours place à la surprise du vent qui t'attaque sur un nouveau front...

Puis la température tombe dramatiquement aussi. Ce qui rends la route... un peu plus difficile. j'ai mis tout ce que je pouvais et tout ce que j'avais. 7 épaisseurs... Le t-shirt en laine mérino, le chandail à manche longue, la camisole à manche longue, l'imperméable, le chandail doublé, la doublure en duvet et le manteau de moto, j'veux dire... Bonhomme michelin... et pas drôle... riez pas... je ne peux pas vraiment bouger... faut pas oublier le buff dans le cou, un baclava et les jeans avec en dessous une doublure avec les pantalon de pluie... et les bas de laine avec les poignées chauffante au maximum de leur capacité... mais savez-vous quoi??? ben j'était tellement concentré sur la route en train d'affronter le vent.... et il était tellement hors de question que je libère un main pour fermer les poignées chauffante que je me suit brulé la main droite.... Ironie!!!!

Dèes que L,on voit une station d'essence, on s'arrête pour prendre un chocolat chaud, mais l'inconvénient, les stations d'essences sont loin les unes des autres, il faut au moins 250KM pour se rendre de l'une à l'autre. Et le vent rends la consommation d'essence faramineuse... Avec un plein j'ai fait 250 Km... habituellement, 550Km...

J'ai même du prendre à un moment le réservoir de réserve. Juste pour dire...

Et le crevaison sur cette route mythique, prends un proportion de défi...

EN arrivant à Porto Moreno, aprèes un chocolat chaud bénéfique, Obi et moi se disons que nous avons fait la routa 40. On est capable de la faire au complet, mais que ce n'est pas vraiment agréable, car... voyez vous ça... c'est plat, plat, plat... y'a aucun arbre... non... rien.... on comprends avec ce vent.... quel arbre voudrait y pousser???
C'est plat et plate...

ALors... direction est vers la moins connue mais tout de même mythique routa 3.
Qui est la seule qui se rends jusqu'à Ushuaia.

On dort sur la route, au campement que nous appelons, El campiento de la Vaca muerte.

Car un vache morte désechée y gie.

Le réveil fût brutal... Obi est complètement frigorifié. J'ai acheté, en arrivant en argentine une tente, car on annonce du froid et de la pluie en Ushuaia... Et ma solution temporaire de la housse de moto, est justement, temporaire...

Je suis tellement content de mon sac de couchage (-2 degrées) et de ma tente... je dors bien... malgré le froid (2 degrées) et on est en été...

Puis... surprise....

À un station d'essence, je me fait surprendre par une voix que je reconnait étrangement... Johaness, puis Judy m'apostrophent... Il nous ont reconnue de la route et... depuis l'équateur... nous ne sommes plus revus... Ils font maintenant route à part de Chris, Ingo, Graham et Sue, Gert et Dave. Les retrouvailles sont chaleureuse et... je n'en crois presque pas la vie et sa manière de célébrer son existence... J,en suis tout simplement heureux... Ce couple que j'ai aimé dès le premier échange... je les revoies enfin... presque rendu à mon ultime but de cette traversée vers le sud.
On partage ces mois séparées, on célèbre notre bonheur de se revoir.

Puis... direction sud.... et aprèes quelques kilomètres... on rencontre Chris sur la route, Dave, et peu après Graham et Sue...

Rien de planifié... Je vous le jure... une rencontre planifié par la vie... par plus grand que moi et nous tous....

Nous allons faire le dernier bout ensemble....
APrès la frontière avec le Chili, après le traversier, nous partageons un hôtel et...la cerise sur le sunday, le lendemain nous allons rencontrer Ingo, Celui qui a partagé 3 mois de route avec Obi. qui a rencontré une Péruvienne et tombé éperduement amoureux l'un de l'autre...
Johanes a les larmes aux yeux de voir la beauté de la vie... j'en comprends rien moi non plus mais j'aime ces moments et j'ai moi aussi, les larmes aux yeux....

ENsemble... nous terminons ce voyage qui transforme une vie... qui transforme les vies....

4 commentaires:

Anonyme a dit...

Wouaippppp
Un maudit beau voyage...
Philippe je suis jaloux et heureux pour toi.
Keep on riding my friend !!!
Guy

Anonyme a dit...

salut!

Eh bien, le but ultime est atteint.
Sans doutes beaucoup d'émotions avec ces rencontres fortuites.
Nous re souhaitons de beaux moments en sens inverse!

Bellemanxx

Anonyme a dit...

encore débiles tes photos... wow... à perte de vue c'est absent de civilisation...
et la bonne nouvelles, c'est qu'il te reste encore un autre 5 mois de moments comme ça à vivre encore!! ;) Caro xxx

msfkat a dit...

Tout un voyage... des souvenirs pour toute la vie! Des amitiés qui passent et qui reviennent... ;)