08 février, 2010







Revenir, c'est ce que je commence à faire... revenir vers le Québec. C'est un autre voyage qui commence. Un autre voyage aussi, car je n'ai plus d'argent...
Le Chili a vidé mes ressource financière... L'Argentine est aussi chère, mais moins que son pays voisin.
Alors, en sortant d'Ushuaia, je me suis dit.. Camping, sur le bord de la route... c'est tout ce que je peux me permettre et manger dans les stations d'essence.

Mais la première nuit, nous n'étions toujours en Terre de feu, et la température, toujours bien trop frôlant le zéro, alors... Un hôtel, histoire de rencontrer Celine, une française qui voyage en camion depuis plus d'un an.
Puis, pour une deuxième fois, nous prenons le ferry sans payer et rencontrons pour la première fois, un rider californien. Le dernier rider provenant des États Unis que j'ai rencontréé c'était en COlombie, Meredith.

Le route est belle et le vent est toujours au Rendez-vous. C,est épuisant rouler contre le vent... et mon dos me fait des points de pression qui deviennent de plus en plus... euh.. narguant...

C'est rendu à RIo Gallegos que j'ai enfin accèes à internet et je me rends compte que Yannick, un QUébécois que je n'ai jamais rencontré, mais qui fait le voyage vers Ushuaia en Moto et qui me tallonne depuis un bon bout de temps, a écrit sur son blog que sa moto est morte et qu'il ne pourras pas se rendre à Ushuaia...
Je ne peux m'imaginer être dans cet état... de ne pas me rendre au bout de mon rêve...

J'ai un pensée pour lui... et je me rends compte que malgré que l'aventure ne soit pas si éprouvante que ça, ça demeure une aventure avec quelques dangers et quelques mésaventures peuvent rendre cette entreprise dangereuse ou impossible à réaliser. Comme un bris majeure de la moto. Mais, avec de la détermination, j'ai vu des moto pratiquement détruites continuer le chemin, je pense à Dave, un anglais, avec sa Yamaha, XT 650 qui a tout eu comme trouble possible ou à Ingo avec sa DR 800 de Suzuki qui a eu des problèmes de pneux, de carburateur, de clutch, sa cinquième vitesse s'est désintégrée, les bering de direction se sont désintégrés ainsi que des problèmes de suspension avant, et problème de sprocket avant, les dents se sont brisées... et encore des problème de bering de roues avant et arrière. Et aussi Obi avec un problème de fantôme électrique en Ushuaia, la raison que nous sommes séparé du groupe si tôt.
Et la Vstrom, Chérie pour les intimes (moi), a eu trois crevaisons, les seals avant de la suspensions ont été réparés une fois au Mexique et l'autre au Panama puis échangés à Santiago. et le seal de la push-rod qui a été réapré temporairement à Oruro, Bolivia, et que j,ai changé à Santiago. Bref, j,ai pas eu grand choses à faire d'autre que des changements d'huile, de pneux et de filtre à air.
Je pense aux BMW, qui ont tous eus des problèmes important et qui ont du rencontrer tout les garages BMW de l'Amérique centrale et du sud... Définitivement, Merci à Norm, pour m'avoir suggérée cette Vstrom...

Après un journée de route éprouvant, surtout à cause du vent et une frontière qui a prit 2 heures 40 minutes à traverser... Nous nous arrêtons dans un champs, prèes d'une coline en espérant qu'elle va bloquer le vent.
Le lendemain, on se réveille tranquillement, en fait, je me réveille tranquillement et je remballe mes choses et lorsque Obi se réveille, ont partage un Matté. Histoire de se réveiller avant la route... et deux motocross arrivent. J'imagine qu'ils vont nous dire de sortir de chez eux.. mais ils voient que nous prennons notre temps avec un Matté, alors... on ne peut pas être de mauvaise personnes. Ils nous disent cependant de ramasser nos choses car un troupeau de moutons arrivent,
- En quice minutos, vamos salir
-en diez minutos, nosotros djenga

Oh...

Alors on se ramasse en vitesse car le nuage de poussière approche en vitesse...

Tout un spetacle cependant.. privilégié d'assister au quotidien en la Pampa...

Puis une autre journée de route à luitter contre le vent...

Et le camping cette fois est juste à côté de la route et nous nous devons d'ancrer nos motos pour ne pas qu'elles tombent pendant la uit. ce qui est arrivé à la KLR d'Obi...

et... une journée de route suivante, avec le vent toujours....

Et en prenant notre Matté de l'après midi.. qui rencontrons nous ç la station d'essence???? Ingo et Cecilia...

Je croyais qu'il était déjà rendu à Buenos Aires...

La vie nous réserve toujours des surprises...

Le temps de passer un dernière soirée et de boire une bière.. car Ingo nous a payé un nuit à l'hotel, voilà pourquoi je peux écrire cet article du blog... et une douche... Chaude.....

5 commentaires:

Véronique a dit...

Ça fait tout drôle de savoir que le chemin que tu fais, c'est vers la maison...

Je sais que plusieurs mois nous séparent encore... J'ai hâte d'entendre Chérie vrombir dans notre allée.

Anonyme a dit...

salut Philippe,

Je reprends mon texte car il n'est pas parti.

J'avais hâte de voir la pampa. Cela semble désert.
Quant au camping, c'est précaire.

Bon retour,

On a hâte de te voir.
Bellemanxx

Enzo a dit...

Wow, tu doit telement t'amuser et les paysages doivent etre passionant... j'aimerais etre a votre place pour rencontrer tout ces gens


Enzo

Anonyme a dit...

V strom powerrrrrrr
Lache Philippe. Vraiment impressionnant comme voyage.
a+
Guy

Anonyme a dit...

Il manque un PAS entre mon lache et philippe .....
Lache Phil. Des couilles de béton.
Vraiment impressionné...
a+
Guy