28 février, 2010

Une première






Après la rencontre de Betina et Monica, d'Allemagne à Dakar Motos, et avoir redressie ma skid plate et changé d'huile et réparé ma suspension arrière.J'ai repris la route.
J'ai pris la route ce matin, tranquillement, sans me presser et sans regarder la carte auparavant... Je m'en vais vers le nord, un point c'est tout. Les autres voyageurs que je rencontre regardent tout le temps la carte. Mais moi, presque jamais... je ne sais pas pourquoi, j'ai pas envie de savoir où je vais. Je verrai bien lorsque j'y serai...
J'écoute cependant, ce que les autres disent. Ce qu'ils ont aimé, ce qu'ils veulent faire... et ce qui est à éviter.
Les policiers par exemple, sont eux à éviter dans le nord de l'Argentine. Ils arrêtent les touristes pour leur soutirer de l'argent. C'est en prévision de ceci qu'après presqu'un mois et demi en Argentine sans assurance que je m'en suis procuré une. Je ne veux pas leur donner une raison de tenter de me soutirer de l'argent.
Eh bien, aujourd'hui, je me suis fait arrêté. La première fois en Amérique du sud. On me dit que je roulais à 98Kmh dans une zone de 80Kmh. Il faut dire que je suis sur l'autoroute. Pourtant, je venais juste de reprendre la route après un pause de presqu'une heure dans une station d'essence et en pénétrant sur l'autoroute, les policiers m'ont arrêté, j'avais même pas eu le temps de prendre ma vitesse de croisière. On me dit que le radar-photo m'a photographié à 98kmh. EH bien, le radar photo est vis-à-vis la station d'essence et m'a donc jamais vu, car j'ai entré dans cette station avant le R-P et je suis sorti, une heure après, après le R-P. Donc c'est impossible ce qu'ils me disent...

Ils me font descendre de la moto et entrer dans un bureau mobile et me dise que je ne pourrai pas entrer en Uruguay, car ils vont appeler la frontière pour m'en empêcher... Ils me disent que c'est $100 U.S. (ah ben... les pesos c'est pas bon en Argentine?. C'est spécial ça, des policiers qui donnent des tickets en argent étrangère) Il me demande si je pense qu'il ment, je répond « SI » ils me demandent ce que je vais faire, et je répond que « Yo pago NADA » et il me redonne mes papiers et me dit de m'en aller...

Très sérieux ça comme police... Ça m'enrage de voir la corruption si évidente. Puis à ce barrage policier, il y a au moins 6 à 7 policiers. Tous corrompus!!!

Puis, en repartant, après environ 10 Km, j'ai failli, pour la deuxième fois en Argentine me faire tuer par un chauffard qui dépasse un camion, même s'il me voit arriver en sens inverse. J'ai fait signe de la main de se tasser, et l'auto n'a même pas bronchée... Non, il, le conducteur, peser sur les freins et reprendre sa place, mais on, pas question de se retarder d'une fraction de seconde, au risque de tuer quelqu'un... EH bien, c'est le camion qui s'est tassé sur le bord de la route pour laisser se chaufafrd passer et m'éviter de perdre la vie.

C'est en ce premier jours de route, vers mon chez-moi, que j'ai vécu des émotions intenses que je ne souhaite à personne... C'est un mélange d'émotions diverses qui se pressent en mon coeur, entre ;a hâte d'arriver chez moi avec ma douce, et le désir de continuer ce voyage sans fin. Entre la joie de reprendre la route et le confort de vivre un quotidien bien tranquille et confortable à Buenos Aires.

À Dakar Motos, j'ai rencontré un voyageur qui était partis pour 2 ans au maximum et maintenant, il en est à ça huitième années de voyage... et ce... seul...

Et le soir avant de partir, un voyageur hollandais est arrivé avec sa Harley-Davidson 1943 (voir le lien Jan Gerben), il prends environ un demi-litre d'huile au 100km... pour dire...

1 commentaire:

Stéphane Thibault a dit...

Harley Flathead 1943… Là tu commences à parler mon langage ;-)

Si tout va bien par ici, j'espère débuter la nouvelle saison d'ici 3 semaines. Bientôt, bientôt, bientôt!!!