13 janvier, 2010

Diablos Negros






Arrivé à Oruro, après une journée de route magnifique, je me suis mis à rechercher un hôtel. Tâche pas évidente... Ils y a beaucoup d'hôtel, mais peu avec chambre de bain, eau chaude et le plus important... stationnement sécuritaire pour la moto.
Après avoir visité 5 ou six hôtel, je remarque qu'il y a quelques goutes d'huile en dessous de la moto... hum... je me dis que c'est probablement un automobile qui s'est stationné là avant moi...., mais je regarde bien... et ça semble être o.k. puis après avoir visité un autre hôtel, infructueusement, je me rends compte qu'il y a encore quelques goutes d'huile en dessous de la moto... et là je regarde attentivement et je me rends compte que de l'huile coule près du driving shaft.. oh ho!! Va falloir palier à ça...

Après avoir visité 10 hôtels, j'en trouve un qui a un stationnement fermé.. Yeah.. j'en profite pour regarder la fuite... Et ça coule beaucoup... et je suis en Bolivie... Il n'y a pas de concessionnaire à tous les coins de rues... et en plus je suis à Oruro, une petite ville...
Je commence ma recherche sur le net et je fais la découverte d'un club de moto à Santa Cruz, une ville assez éloigné, mais en Bolivie tout de même. J'envoie un courriel, ensuite j'en envoie un au seul concessionnaire Suzuki moto de la Bolivie à Cochabamba. puis j'affiche des messages à MotoAventureQuébec, à RideAventure. Puis je demande à mes amis que faire... Parce que là, j'en sais rien...
Le soleil s'est couché et j'en profite pour dormir...

Le lendemain, j'ouvre la boite aux lettres et mon amis Guy m'a répondu ainsi que mon père. Avec le diagramme des pièces en jeux, je pars à la recherche d'un garage, ou d'un endroit où je pourrais acheter les pièces. EN faisant le tour de la ville à pieds... je vois un endroit qui pourrais correspondre à ce que je cherche... de gros barils d'huile sont la devanture. Ils n'ont rien qui peuvent m'aider et à ma demande, ils me dise qu'il n'y a pas moyen de trouver ce que je recherche dans cette ville, et en Bolivie.... ils en doute. Mais heureusement, Ivan, un client est là et me dis qu'il va m'aider... Il est membre d'un club de moto antiques de la ville d'Oruro et qu'il connait un mécanicien, le meilleur de la ville et qu'il va m'aider.
Je vous dis que là... je suis content... parce que ça faisait au moins une heure que je marchais dans la ville et je ne trouvais rien...

EN arrivant chez David, et Jessy, je me retrouve à être accueulli les bras ouvert... EN défaisant la moto sur le coin de la rue, on s'aperçoit que c'est le seal de la push rod qui fuit. Alors... on travaille là dessus et on se retrouve à être 3 à travailler sur la moto et... on cherche des solution au manque de pièce. Car après avoir fait le tour de la ville, Dante me dit qu'il faut inventer.
On a travailler de 9 heure 30 du matin jusqu'à 7 heures et demie du soir. Et pendant ce temps, Jessy a trouvé le temps de nous faire à manger , de me faire des biscuits, et de nous faire à souper. ET en fin de journée... David me fait lhonneur de me faire member du club des Diablos Negros, patch comprise... Je saute de joie... en plus que la moto est réparée, que j'ai mangé des repas délicieux et que j'ai rencontré des gens extraordinaires, j'ai le droit à la patch... Patch que Jessy s'empresse de coudre sur mon manteau.

Pendant toute la journée, une partie des membres du club vient faire ma rencontre et me montre leur bijou, moto, respectif. J'ai vu deux Jawa, dont une avec un suicidal shifter, une belle Triumpf qui ressemble à la moto de EasyRider. Ainsi qu'une Honda 1972 CB350 tel que sortie de l'usine.

Une journée remplie de découverte, puis... quatres motos brésilliennes arrivent et s'arrêtent et on se met à échanger... Ils voyage eux aussi et sont enchanté par mon voyage... Des rires et des sourires sympatique et véritables...
Puis... plus tard... Un couple de québécois, Suzanne & André Gareau arrive en motorisé et on fait la jasette un bout de temps. Ils ont rencontré beaucoup de gens avec qui j'ai ridé un bout de temps. Ils leurs ont dit qu'un Québécois roulait vers la terre de feu en moto. En fait, ils croient me connaître tellement qu'ils ont entendu parlé de moi sur le chemin... Ils étaient bien heureux de me rencontrer enfin... Et moi.. heureux de savoir que tous les gens que je rencontre sont bien fiert de participer à mon rêve et d'échanger avec tous ce que je fais...

La journée s'est terminé avec un coup de soleil, Un sourire inséparable de mon visage, Une patch sur mon manteau, une moto qui roule à merveille, et Obi... qui a finallement rattrapé son partenaire de route... qui se retrouve dans ma chambre d'hôtel... Une journée formidable qui a commencée dans la difficulté.

Et le lendemain, j'ai présenté Obi au Diablos Negros... qui ont accepté immédiatement de l'entrer dans la famille...

3 commentaires:

Stéphane Thibault a dit...

Heuhh loin de moi l'idée de vouloir pointer inutilement les évidences, mais ça a l'air que je feel pour ça ce soir ;-p

«et là je regarde attentivement et je me rends compte que de l'huile coule près du driving shaft»

C'est certain que je n'ai pas passé autant de temps que toi avec ta moto, mais je croyais qu'elle était à chaîne, non ?

«une belle Triumpf qui ressemble à la moto de EasyRider»

Ferais-tu partie de l'infime partie de la population qui se rappelle de quoi avait l'air le bike de Dennis Hopper ou as-tu oublié le Captain America Bike ? Man, qui se rappelle de l'autre moto! Maudait, je vais être obligé de vérifier demain…

Anonyme a dit...

Merci de me faire vivre, à l'avance, mon voyage de rêve que je prévois faire d'ici quelques années... Je te suis a chaque jour sur ton blog...La vie est belle pour toi et profite en au maximum! A ton retour, j'aimerais prendre contact avec toi. Histoire d'en apprendre un peu plus, sur le comment tu a preparer tous ça. Et des tonnes de conseils que tu pourrais m'apporter... Continue de tripper. Tu rend mes journée au travail plus suportable!

Frédérick Therrien

Yannick a dit...

Philippe,
je viens de voir le mail d'obi sur la southbound list. Je ride avec son chum Sebastian, on est en train de changer nos plans pour suivre la même route que vous. Pourrais tu nous passer tes tracks GPS (si tu en as!) pour la traverser vers le Chili.

Merci d'avance et bonne route.
Yannick